Les traductions françaises des Otia imperialia : De Gervais de Tilbury par Jean d’Antioche et Jean de Vignay PDF, EPUB

Aucune raison évidente n’est disponible pour expliquer pourquoi l’histoire d’Alexandre (livre 5) est abondamment illustrée dans un manuscrit (C1), tandis que dans l’autre l’accent est mis sur les Miracles de la Vierge, livre 8.


ISBN: 2600009167.

Nom des pages: 106.

Télécharger Les traductions françaises des Otia imperialia : De Gervais de Tilbury par Jean d’Antioche et Jean de Vignay gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

A Arles au tournant du XIIIe siècle, Gervais de Tilbury compile en latin ses Otia imperialia. Il clôt cette vaste encyclopédie de science profane par un recueil original de mirabilia de diverses provenances, certains étant même puisés dans son expérience personnelle. L’ouvrage, dont le contenu séduit aussitôt, connaît pendant des générations un succès indubitable qu’atteste le nombre des manuscrits subsistant comme le souci qu’on a eu de le faire traduire. Deux de ces traductions nous sont parvenues : l’une probablement réalisée par Jean d’Antioche, plus connu pour avoir donné en 1282
une Rettorique de Marc Tulles Cyceron, l’autre, autonome, exécutée par le prolifique Jean de Vignay dans les années 1320. Elles constituent un témoignage précieux non seulement de la langue française, mais aussi de la pratique d’un genre prenant son essor et manifestant alors le tempérament du traducteur. L’édition de Cinzia
Pignatelli et de Dominique Gerner, qui a l’intérêt de donner en regard les deux versions de la troisième partie des Otia, en autorise une comparaison instructive.

Graciane qu’il a le bonheur de la revoir. Le. Quelle était alors la raison pour laquelle le correcteur retravaillait complètement le texte de A1 et prenait tant de peine à insérer un nouveau texte. Timbre restant sur le papier d’extrémité libre avant, sinon près de l’amende dans un très bon (copeau de taille moyenne et pliage attenant dans le coin supérieur du panneau avant) jaquette.

À partir du XVe siècle, le nombre de volumes illustrés atteint treize, alors que certains manuscrits avec peu ou pas d’illustration ont également survécu. Ed., F. Roth, 1843; F. Sachse, 1857; Allemand moderne. Urstende (Résurrection) (couplets rimés). K. v. H. Floriant et Florete (couplets octosyllabiques), 13ème (ou 14ème).

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.