Agriculture, échanges et environnement : Le secteur porcin PDF, EPUB

Dans le monde développé, la plupart des agriculteurs ne sont plus les petits producteurs qu’ils considèrent traditionnellement, mais des entrepreneurs qui desservent les grandes entreprises et dépendent des caprices des supermarchés. 98 Briser ce cycle de pauvreté et de dur labeur signifie la transformation de l’agriculture, et non la romantisation d’une forme particulière d’agriculture paysanne.


ISBN: 9264104771.

Nom des pages: 195.

Télécharger Agriculture, échanges et environnement : Le secteur porcin gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

La libéralisation des échanges influe sur l’organisation et la structure de la production agricole et a des conséquences sur l’environnement. Mais quelles sont ces répercussions ? Et les politiques agro-environnementales influent-elles sur la compétitivité internationale ? Cette étude soumet le secteur porcin des pays de l’OCDE à un examen approfondi et tire quelques conclusions sur les formes d’intervention les plus appropriées. La poursuite de la libéralisation des échanges va probablement renforcer les tendances du marché dans le secteur porcin. II est prévu un ralentissement, sinon une contraction, de la production dans les pays européens et asiatiques de l’OCDE. C’est dans ces pays que le soutien accordé par les pouvoirs publics à la production porcine sous la forme de droits de douane et/ou de subventions à l’exportation est généralement le plus élevé et que les conséquences environnementales de la production porcine sur la pollution de l’eau et de l’air sont les plus préoccupantes. Cet ouvrage affirme que la libéralisation des échanges est par conséquent susceptible de générer certains avantages environnementaux. Les principales mesures agro-environnementales concernant la production porcine sont des dispositions réglementaires, et elles portent surtout sur la gestion appropriée des effluents d’élevage afin de réduire la pollution de l’eau. Cette étude, qui repose sur une analyse comparative, conclut que bien que les réglementations relatives à la gestion des effluents d’élevage diffèrent d’un pays à l’autre, l’effet qu’elles exercent sur le coût supporté par les producteurs de porc ne permet pas d’expliquer de manière significative les différences de compétitivité au niveau international. Cette étude est la première d’une série d’études approfondies entreprises par l’OCDE pour examiner les relations entre l’agriculture, les échanges et l’environnement. Le secteur laitier et celui des grandes cultures font l’objet d’autres études en cours.

La réduction des pertes profite principalement aux producteurs, tandis que les surplus des consommateurs ne changent guère. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) reconnaît que « le secteur de l’élevage joue un rôle important dans le changement climatique » mais suggère que le chiffre des émissions est beaucoup plus bas. Dans le cas des producteurs contractuels de volailles, les agriculteurs sont tenus de faire des investissements coûteux dans la construction de hangars pour loger les oiseaux, acheter les aliments et les médicaments nécessaires – souvent en réglant des marges bénéficiaires minimes, voire des pertes.

Par exemple (et tel qu’indiqué ci-dessus), les mesures des caractéristiques fonctionnelles indiquent que le fait de se concentrer uniquement sur les vaches laitières reproductrices pour le rendement laitier est défavorablement corrélé aux réductions de la fertilité et des caractères de santé (Lawrence et al., 2004). Les taureaux les plus rentables sont ceux qui produisent moins de lait mais qui sont en meilleure santé et vivent plus longtemps: les coûts de production du lait peuvent être plus que compensés par les avantages de la baisse des coûts de santé et du taux de remplacement des troupeaux. Cela coïncide avec le temps nécessaire pour éradiquer la maladie, car l’interdiction du commerce ne sera levée qu’après l’éradication de la maladie. Il y a aussi des options associées à la manipulation des ressources génétiques animales, comme le croisement pour introduire des gènes dans des races qui sont par ailleurs bien adaptées aux fins requises, et la sélection par des marqueurs génétiques moléculaires de personnes ayant des niveaux élevés de résistance aux maladies ou tolérance. Crossref Thomas Kastner, Sanderine Nonhebel. (2010) Changements dans les besoins en terres pour l’alimentation aux Philippines: une analyse historique.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.